20 bonnes raisons d’avoir confiance en soi !

Une personne qui réussit à avoir confiance en elle possède tous les ingrédients pour vivre une vie heureuse et épanouie.

Voici en 20 phrases tout ce qu’une personne qui a confiance en elle-même se dit au quotidien :

 

  1. Elle sait qu’elle a de la valeur, qu’elle est digne d’être aimé(e) et d’être heureuse, elle se sent donc compétente.
  2. Elle développe de bonnes relations avec elle-même et avec les autres.
  3. Elle aime les autres sans les surveiller et les étouffer.
  4. Elle connaît se ressources, ses points d’appui mais aussi ses fragilités. Elle accepte ses qualités et ses défauts et se considère comme quelqu’un de bien.
  5. Elle est en paix avec ses blessures du passé et peut aborder le présent et l’avenir avec sérénité.
  6. Elle se donne le droit à l’erreur, celui de rater ou de décevoir et sait qu’elle peut survivre à ses échecs.
  7. Elle sait se remettre en question, tirer les leçons de ses erreurs et faire preuve de détachement ou d’humour vis-à-vis d’elles.
  8. Elle fait de son mieux pour réussir ce qu’elle veut mais sans se mettre de pression.
  9. Elle ne se juge pas, ne se dévalorise pas et au contraire s’encourage.
  10. Elle ne craint pas le regard de l’autre et peut se mettre en maillot de bain même si son corps n’est pas parfait.
  11. Elle ose exprimer ses sentiments et ses émotions, dire j’ai peur ou je suis malheureux (se sans se sentir rabaissé(e).
  12. Elle ose dire non, stop, et je ne sais pas.
  13. Elle sait se faire respecter, s’affirmer et faire ce qu’elle veut sans crainte de le faire seul(e).
  14. Elle sait traverser ses peurs en y faisant face.
  15. Elle sait demander de l’aide sans se sentir pour autant inférieure.
  16. Elle pense par elle-même sans subir d’influence, elle est donc libre et responsable.
  17. Elle ose prendre des responsabilités et s’engager dans des projets.
  18. Elle développe sa créativité, ses talents, ses dons et sa joie de vivre seul(e) ou au contact des autres.
  19. Elle est convaincue que quoiqu’il arrive, elle saura faire face.
  20. Elle s’aime profondément, prend soin d’elle-même et se traite avec bienveillance.

avoir confiance en soi

La confiance en soi cela s’entretient, se cultive tout au long de la vie et jusqu’au dernier jour.

Nous sommes les mieux placés pour en prendre en soin, surtout dans les moments difficiles qui nous rendent vulnérables et fragiles.

Une bonne estime de soi, cela de répare. Si l’on a trop souffert dans notre passé et que cela continue dans notre présent, créant un mal être qui nous empêche de vivre et d’être heureux, il est possible de se faire aider pour la soigner et la restaurer. Je peux vous accompagner sur ce chemin.

L’article 20 bonnes raisons d’avoir confiance en soi ! est apparu en premier sur Instant pour elles.

20 bonnes raisons d’avoir confiance en soi ! syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Advertisements

4 pistes pour reprendre confiance en soi!

Comment reprendre confiance en soi ?

 

L’estime de soi et la confiance en soi sont des sources essentielles de la joie de vivre. Elle permet de s’affirmer et d‘avoir confiance en nous, en l’autre, et en la vie.

Elle est indispensable pour aimer et se laisser aimer, car aimer commence d’abord par soi.

Comment se passe votre relation avec vous-même ? Savez-vous vous aimer et prendre soin de vous ? Avez-vous manqué d’amour ? Avez-vous des difficultés avec les autres, dans vos relations ? Avez-vous du mal à vous accepter ? Avez-vous du mal à vous affirmer ? Manquez-vous de confiance en vous ?

J’ai une bonne nouvelle ! l’estime de soi peut se développer tout au long de la vie, jusqu’à notre mort !

 

4 pistes pour reprendre confiance en soi!

 

Reprendre confiance en soi en décidant d’arrêter de souffrir

 

« J’arrête de souffrir »

Restaurer l’estime de soi suppose de s’accorder du temps pour soi, de s’arrêter, pour prendre conscience de ce qui nous manque ou nous a manqué pour être heureux. Prendre ce temps de recul qui va nous donner l’envie puis la volonté d’arrêter de souffrir.

Pour sortir de cette souffrance, se faire aider par un thérapeute est utile et efficace. Avec lui vous serez accompagné(e), guidé(e), soutenu(e), restauré(e) dans votre dignité et dans la valeur que vous vous portez. Il vous aidera progressivement à comprendre l’origine de votre manque d’estime de vous-même et à guérir en profondeur vos anciennes blessures.

Il vous aidera à « diagnostiquer » d’où provient le manque, dans quel domaine, à quel niveau vous avez besoin d’être restauré(e) : au niveau de votre sécurité intérieure ? au niveau de vos compétences ? au niveau de vos relations ? au niveau de votre personne propre ?

Il vous aidera aussi à passer à l’action, étape indispensable pour se transformer !

 

Reprendre confiance en soi en travaillant sur la relation à soi

« Je m’aime ! »

Travailler sur  la relation à soi, c’est prendre du temps avec soi et pour soi. C’est se donner la priorité et ne plus passer après les autres. C’est se mettre au centre de sa vie et pouvoir dire :

« La personne la plus importante de ma vie, c’est moi ! », d’ailleurs, ne suis-je pas la seule personne avec qui je serai obligé(e) de vivre toute ma vie ? Alors autant être en bonne compagnie avec cette personne que je suis et devenir sa meilleure amie !

Pour cela, le plus important est d’abord d’apprendre à se connaitre. Qui suis-je ? Quels sont mes points forts et mes points faibles ? Quelles sont mes talents et mes valeurs ? Apprendre à s’accepter ensuite, accepter mes limites, mes fragilités, mes défauts et petit à petit m’améliorer et progresser.

Apprendre à bien se traiter, s’accorder douceur, compréhension et bienveillance en arrêtant de nous juger sans cesse négativement. Prendre soin de nous en se respectant, en écoutant nos émotions et nos besoins.

 

Reprendre confiance en soi en travaillant sur la relation à l’autre

« Je t’aime ! »

Travailler sur la relation à l’autre c’est cultiver le lien social, c’est sortir de l’isolement. Nous sommes des êtres humains, en tant que tels nous sommes des êtres de relation, nous avons besoin d’être reliés les uns aux autres, nous avons besoin des autres. Faites le point, où en êtes-vous ? Avez-vous suffisamment d’amis, cultivez-vous les relations ? Savez-vous en créer d’autres ? Tout cela s’apprend !

Plus vous appartiendrez à des groupes, plus vous serez intégré(e) et plus cela renforcera votre estime de vous. Les ressources ne sont pas uniquement en vous, les autres sont des ressources externes précieuses, ils sont là pour vous aider et vous soutenir en cas de besoin et participent au fait qu’en étant relié(e) vous vous sentez également vivant(e) et aimé(e).

Participez à des groupes de développement personnel, ils vous permettront de progresser dans un climat de non jugement et de respect et répondront à votre besoin d’appartenance. Vous pourrez trouver votre place et vous sentir nourri(e).

 

restaurer estime de soi

 

Reprendre confiance en soi en travaillant sur la relation à l’action

 

« Je passe à l’action ! »

L’action est notre seule baguette magique ! Si vous ne bougez pas, rien ne se passera ! Seule l’action permet la transformation et cela demande du courage et de l’entrainement, d’où l’importance de se faire aider et de se sentir soutenu(e) pour traverser nos peurs.

L’action parle aussi de succès et d’échec. Pour réussir quelque chose, il faut d’abord rater, faire des erreurs et c’est cela qui nous permet d’avancer. C’est avec l’échec que l’on apprend.

 

« Le meilleur moyen de ne pas échouer, c’est de ne rien entreprendre » mais cela n’est pas vivre, ce serait nous « priver de », nous « empêcher de »… Donc acceptez que vous puissiez échouer, faites-les choses progressivement, encouragez-vous, félicitez-vous. L’échec fait partie de tous les apprentissages et l’expérience nous apprend que l’on peut survivre à l’échec, oui c’est désagréable mais est-ce si grave ? Plus on s’entraîne, plus on réussit. C’est juste normal et tous les êtres humains passent par-là ! Soyons plus souples avec nous-même. Accepter l’échec et l’imperfection permet de diminuer le stress et de garder notre énergie pour autre chose. Alors allez-y ! Osez ! Engagez-vous dans l’action !

Restaurer l’estime de soi c’est possible et c’est un beau cadeau à vous offrir ! En apprenant à vous mettre au centre de votre vie, en apprenant à vous connaître, à vous accepter, à bien vous traiter, vous pourrez progressivement :

  • Aller vers les autres avec bienveillance,
  • Vous sentir relié(e) avec eux et bénéficier de leur soutien.
  • Vous acquerrez la confiance nécessaire pour passer à l’action,
  • Vous traverserez vos peurs
  • Vous amorcerez ainsi changements et transformations.

 

Prêt(e) pour ce grand changement ? Prêt(e) à devenir plus vivant(e) et heureux(se) en restaurant cette estime de vous ?

J’ai préparé pour vous, une véritable « cure d’amour », un parcours en douceur et en profondeur pour vous y aider. Il n’est jamais trop tard pour apprendre à s’aimer et à aimer ! Faites-le pas ! Dites Oui à la vie et à vous même ! Je vous attends !

 solution confiance en soi

 

L’article 4 pistes pour reprendre confiance en soi! est apparu en premier sur Instant pour elles.

4 pistes pour reprendre confiance en soi! syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Pourquoi est-ce si important d’avoir une bonne estime de soi ?

Vous vous demandez pourquoi l’estime de soi est si importante ? Vous avez raison !

L’estime de soi est importante parce que nous venons tous sur terre dans un seul but et pas des moindres, celui d’aimer et d’être aimé ! C’est La grande et belle mission, qui nous est demandée. Rien d’autre n’est aussi important qu’aimer ! Rien ! Aimer est le but de la vie. Aimer est la raison même de notre vie. Or, aimer commence par soi-même !

Non ce n’est pas égoïste ! Non ce n’est pas idéaliste ou fleur bleue ! C’est juste vital !

Pourquoi s’aimer est-il si important ?

Car comment se laisser aimer si on ne s’aime pas d’abord soi-même ? Comment aimer vraiment quelqu’un d’autre si on ne s’aime pas d’abord soi-même ? Comment être bien avec les autres si l’on n’est pas bien en notre propre compagnie ? Comment prendre soin des autres si on ne prend pas soin de soi en priorité ? Comment respecter les autres si soi-même on ne se respecte pas ? Comment accorder intérêt et bienveillance aux autres si on ne le fait pas pour nous même ? Comment donner du temps, de l’amour, si on ne sait pas se l’offrir d’abord à soi-même ?

Sans estime de soi, c’est impossible. Aimer commence par soi et c’est l’histoire de toute une vie, c’est notre quête et notre rôle.

avoir bonne estime de soi

 

En quoi l’estime de soi est-elle si utile ?

L’estime de soi permet la confiance en soi

C’est parce que nous allons cultiver notre estime de nous-même ou la restaurer si nous en avons manqué, que nous aurons confiance en nous, en l’autre et en la vie. C’est, en effet, l’estime de soi qui permet la confiance en soi.

La confiance en soi est la partie comportementale de l’estime de soi, c’est grâce à la confiance en soi que nous pouvons agir et entreprendre en dépit de toutes nos peurs, celle de l’échec en particulier. La confiance en soi se résume à cette phrase : « Quoi qu’il arrive, je saurai faire face !», j’ai toutes les ressources nécessaires en moi pour cela.

L’estime de soi permet la réalisation de soi

Grâce à cette confiance en soi, nous nous affirmons, nous osons ! L’affirmation de soi, c’est l’estime de soi en action. Petit à petit, elle nous permet de trouver notre juste place dans notre vie, là où nous sommes, ici et maintenant. A la fois à l’intérieur de nous-même, dans toutes nos dimensions : corps, cœur, cerveau, âme, mais aussi là où nous vivons, dans nos relations, notre famille, notre couple…L’estime de soi permet d’être bien dans sa vie et de bien aller « en soi ».

C’est grâce à l’estime que nous nous portons, que nous allons pouvoir développer nos talents, nos dons, déployer nos pleins potentiels, notre créativité, et trouver notre voie, celle qui fera sens pour nous (valeurs) et contribuera à améliorer le monde qui nous entoure. Nous sommes uniques et irremplaçables. Grace à notre singularité, nous pouvons devenir une belle « valeur ajoutée » et incarner ce qui manque au monde.

L’estime de soi permet d’être heureux

Pouvoir se réaliser, trouver sa place, être bien en soi permet tout simplement d’être heureux sans se mettre trop de pression, en vivant le moment présent, en ouvrant notre cœur et notre esprit. Juste être là et être bien avec ce qui advient et savourer cela.

L’estime de soi permet d’exprimer ses sentiments, un refus, une demande et facilite de belles relations. On se sent digne d’être aimée et d’être heureuse et on peut aimer en retour.

Comme on a conscience de notre valeur, on ne craint pas l’échec, on apprend sans cesse, on ose, on va de l’avant, on progresse et on s’enrichit. On peut vraiment être soi-même et devenir libre.

Tout cela permet de ressentir la Joie !

bonne estime de soi

L’estime de soi, vous l’avez compris est très importante. C’est un ingrédient indispensable à cultiver, restaurer ou réintroduire pour composer une recette inédite et unique, la nôtre !

Fort de notre confiance en soi et de notre affirmation de soi, l’estime de soi permet de se réaliser pleinement en étant à notre place, « bien dans notre vie » pour vivre de façon épanouie et heureuse.

L’estime de soi est vitale si nous voulons nous aimer vraiment et faire rejaillir cet amour sur les autres, avec respect, bienveillance et ouverture du cœur. En ce sens, je pense que l’estime de soi est un enjeu essentiel et planétaire pour participer à un mieux vivre ensemble.

Je tiens maintenant à partagez avec vous le résumé d’un texte que j’aime beaucoup. Il a été écrit par Virginia SATIR, thérapeute renommée aux USA et spécialiste de l’estime de soi. Elle l’écrivit en réponse à une jeune fille de 15 ans :« Comment puis-je me préparer à vivre riche et satisfaisante ? »

« Ma déclaration d’estime de soi »

 

« Dans tout l’univers, il n’y a pas une autre personne qui soit exactement semblable à moi. Je suis moi et tout ce que je suis est unique.

Je suis responsable de moi-même, j’ai tout ce qu’il me faut ici et maintenant pour vivre pleinement.

Je peux choisir de manifester le meilleur de moi-même, je peux choisir d’aimer, d’être compétent, de trouver un sens à ma vie et un ordre à l’univers, je peux choisir de me développer, de croître et de vivre en harmonie avec moi-même, les autres et Dieu.

Je suis digne d’être accepté et aimé exactement comme je suis, ici et maintenant.

Je m’aime et je m’accepte, je décide de vivre pleinement dès aujourd’hui. »

Virginia SATIR

J’espère que vous le lirez souvent et qu’il pourra vous faire prendre conscience de la belle personne que vous êtes, unique et irremplaçable et vous aider à prendre les moyens de cultiver l’estime de vous-même.

Vous trouverez sur ce site, dans un autre article, le texte complet, si vous souhaitez aller plus loin. N’hésitez pas à donner votre opinion sur ce texte !

L’estime de soi est indispensable pour être heureux, elle permet la joie de vivre, de s’accepter et surtout la joie d’aimer et d’être aimé(e) Aimer commence par soi. Y a-t-il plus beau cadeau à se faire ?

Si votre estime de vous-même est défaillante ou trop blessée, je vous propose un parcours pour la restaurer ensemble, une « cure d’amour » dont vous serez le centre. Contactez-moi !

avoir bonne estime de soi

L’article Pourquoi est-ce si important d’avoir une bonne estime de soi ? est apparu en premier sur Instant pour elles.

Pourquoi est-ce si important d’avoir une bonne estime de soi ? syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Les 3 raisons qui expliquent : pourquoi vous n’avez pas confiance en vous!

La confiance en soi est subjective, c’est le regard positif que je pose sur moi-même. Ce regard prend forme dès notre naissance et se construit au contact des autres et de nos expériences, tout au long de notre vie. Ne pas avoir confiance en nous, nous empêche d’être heureux.

L’estime de soi est indispensable pour vivre une vie heureuse et épanouie. Sans elle, nous sommes fragilisés et limités dans nos relations et dans tout ce que nous entreprenons. D’où cela vient-il ?

Pourquoi n’ai-je pas confiance en moi ?

La confiance de soi est le résultat de trois influences : l’influence du passé, l’influence du présent, et l’influence de notre propre personne pour composer avec tout cela.

 

Pourquoi le passé influence-t-il l’estime de soi ?

Mon passé influence mon estime de moi.

Une mauvaise confiance en soi s’origine dans le passé, dans la façon dont le lien a pu se construire ou non avec les personnes qui se sont occupées de moi dès ma naissance, puis avec toutes les autres ensuite. Nos parents d’abord, notre fratrie, notre famille, les adultes influents comme nos professeurs et nos amis. Toutes nos rencontres et tous les événements s’impriment à l’intérieur de nous et seront déterminants pour la suite.

Tout va compter, en particulier tout ce qui va se passer autour de notre naissance et durant notre première année où nous installons notre sécurité intérieure et notre confiance de base. Cette première année est décisive car elle constitue les fondations, les fondements, sur lesquels notre « moi » va pouvoir ou non se construire avec solidité.

Pour que l’estime de soi ait une bonne base de départ, nous devons avant tout nous sentir en sécurité, en confiance, donc nous sentir protégé et aimé inconditionnellement dès notre arrivée au monde.

 

Cela suppose d’être suffisamment, regardé, touché, porté, embrassé, caressé, câliné, accepté. J’ai besoin pour vivre de me sentir aimé, savoir que je compte pour mes parents. Cela conditionne tous les autres apprentissages et installe ma confiance de base, en moi, en la vie et en l’avenir. C’est une période de dépendance.

Au cours de la deuxième année, nous construisons notre confiance en nous même et développons notre personnalité. C’est une période de contre dépendance qui passe par le « NON » et l’opposition. Nous avons besoin pour exister de nous différencier de notre maman, de sortir de la fusion, de nous confronter, de nous séparer d’elle pour devenir une personne distincte. Se sentir sujet, s’affirmer, va passer par des crises, des colères, des conflits. C’est normal et indispensable. Pour que tout se passe bien pour mon estime de moi, j’ai besoin de respect, de bienveillance et de permissions. Si à cette période mes parents m’empêchent d’exprimer mes émotions, mes besoins, mes désirs, mes préférences, s’ils m’imposent trop de limites, me contraignent, me dévalorisent, je vais souffrir et adopter des comportements inappropriés qui pourront durer toute la vie. Je n’aurai ni confiance en moi ni en les autres.

Viendra ensuite une période d’indépendance où nous allons construire la confiance en nos compétences. Elle intervient vers 3 ans. Après la période du « Non », vient, en effet, la période du « TOUT SEUL », où nous allons développer notre autonomie et nos capacités à agir et entreprendre. A cette période, j’ai besoin que mes parents ne fassent rien à ma place, qu’ils me confient des responsabilités pour que je sente ce dont je suis capable ; J’ai besoin qu’ils me donnent la permission d’explorer, de découvrir, d’expérimenter, d’échouer et de recommencer, fort de leurs encouragements. Si j’en suis empêché, si mes parents, me jugent ou jugent mes résultats, s’ils ne me font pas confiance, me dévalorisent, je douterai de mes capacités et craindrai les défis, les nouveautés, les challenges et les échecs.

Enfin, viendra une période d’inter dépendance, pendant laquelle nous allons construire notre confiance relationnelle et sociale. Celle qui fera que nous irons naturellement vers les autres ou pas. Pour cela, il me faut des modèles et des codes qui me seront fournis par mes parents en tout premier lieu et bien sûr aussi par la fratrie, l’école, les amis et les groupes que intégrerai. Si mes parents sont timides, qu’ils ne reçoivent jamais d’invités ni d’amis, qu’ils se méfient des autres, des étrangers, et qu’ils les considèrent même comme dangereux, ils ne me fourniront pas les modèles nécessaires pour que je sois à l’aise en société. Je risque fort d’être timide et d’’intégrer des croyances négatives sur les autres et sur moi-même. Le regard des autres sera menaçant pour moi, j’aurai peur de leurs jugements.

manque confiance en soi

 

Pourquoi le présent influence-t-il l’estime de soi ?

 

Le présent influence ma confiance en moi

Comme nous venons de le voir, notre passé est très important et programme ce que nous allons devenir une fois adulte. Cependant, il n’est pas le seul à nous conditionner, ce que nous vivons au présent, au quotidien, va également influencer énormément notre estime de nous-même dans un sens ou dans l’autre. Tout mon environnement va compter. Selon l’endroit du monde où je vis, mon pays, si je vis en ville ou à la campagne, en appartement ou en maison, mon contexte social, économique, religieux…je vais développer une estime de moi plus ou moins forte.

C’est dans ce contexte, que nous allons subir également des pressions sociales qui vont avoir, sans que nous n’y prenions garde le plus souvent, une grande influence sur nous-même, en particulier sur notre apparence physique car, dans ce regard positif que nous nous portons et qui détermine une bonne estime de soi, l’image de soi sera aussi déterminante.

Quelle image ai-je de moi-même ? Comment résister aux dictas de la mode? aux canons de beauté de notre société de consommation ? à la tyrannie des publicités qui nous inondent de modèles esthétiques impossibles à imiter ? aux clichés des mannequins et comédiens aux corps parfaits dans les séries ou les magazines ? A l’indécence des marques qui conditionnent notre garde-robe ?

Est-ce facile ? Non ! Pour les plus fragiles cela va avoir un impact très important sur leur estime d’eux-mêmes et provoquer : mal être, complexes, défauts, et cela peut même aller plus loin et provoquer des problèmes de santé tels que la boulimie, l’anorexie, la dépression ainsi que des troubles relationnels. Le regard des autres peut devenir insupportable et nous inciter à nous comparer aux autres en mettant la barre trop haute. Dans cette culture du paraître, nous subissons une pollution visuelle permanente. Les femmes en sont la cible parfaite depuis les années mais depuis peu les hommes sont eux aussi victimes des médias et consultent.

Notre environnement peut également provoquer une baisse de l’estime de soi en nous faisant subir des pressions sociales sur nos performances. C’est ainsi qu’en plus d’avoir un corps parfait, nous devons nous montrer performant et efficace dans tous les domaines : professionnel, relationnel, conjugal, parental, personnel et même sexuel selon les modèles limités imposés par la pornographie. Nous avons désormais tous les choix possibles pour réussir et cela est pesant, voire culpabilisant si nous n’y parvenons pas. Si notre estime de nous est déficiente cela va donc générer inquiétude et stress car c’est une course éperdue et perdue d’avance…

 

mauvaise estime de soi

Pourquoi ma personnalité influence-t-elle mon estime de moi même ?

Ma personnalité influence mon estime de moi.

Face à toutes ces pressions sociales, nous allons réagir différemment selon notre personnalité.

Soit nous allons nous épuiser et nous dévaloriser sans cesse, soit nous allons nous conditionner et nous conformer à ces stéréotypes par peur de nous sentir rejetés, exclus, non aimés, soit nous allons subir plus ou moins consciemment cette « dictature » et rentrer dans la course, la compétition, avec la crainte d’être inférieur aux autres et le risque de nous oublier.

Oublier qui nous sommes, oublier nos besoins, nos limites, nos aspirations, notre intuition, oublier que nous sommes uniques, singuliers et que cette différence est essentielle pour enrichir le monde sans rentrer dans un monde ou tout devient « du même », de « l’indifférencié » et donc du « pauvre ».

Les personnes qui manquent d’estime d’elle mêmes vont être particulièrement « malmenées » et vulnérables dans cette société où l’égo est en vedette, et avoir beaucoup de mal à trouver leur place et leur équilibre.

La solution n’est pas dans la surenchère qui ferait de nous des proies dévitalisées mais au contraire, comme le propose Christophe André, spécialiste de l’estime de soi, dans le fait de nous désengager de cette course folle, d’oser dire stop et d’engager à la place une très belle vertu : l’humilité.

L’humilité, ce n’est pas la modestie ou la discrétion, ce n’est pas renoncer ou s’abaisser mais cesser de se croire supérieur aux autres et en compétition permanente avec eux. L’humidité c’est prendre du recul, de la hauteur. C’est la possibilité de revenir à du sage, du raisonnable, du tranquille. L’humilité c’est redonner sa place à l’estime de soi dans une dimension personnelle où je redeviens sujet au centre de ma vie.

L’humilité c’est trouver sa juste place dans l’ici et maintenant. C’est revenir à des choses simples, souples et douces pour nous même et l’estime que nous nous portons, c’est apprendre à s’accepter et à bien se traiter. Acceptation de soi et auto bienveillance. S’accepter c’est se connaître, connaître nos points forts et s’appuyer dessus pour améliorer nos points faibles sans nous auto juger. C’est prendre soin de soi en relativisant ce qui nous arrive, en nous rassurant et en nous consolant avec des paroles apaisantes si besoin, comme nous le ferions avec un enfant. Il s’agit juste d’être pour nous même l’adulte qui va prendre soin de notre enfant intérieur, toujours présent en nous.

 

Conclusion

La mauvaise estime de soi même s’inscrit donc dans notre passé si nous n’avons pas bénéficié des bons ingrédients au cours de notre enfance quand nous avons construit notre sécurité intérieure, la confiance en nous même, la confiance dans nos compétences et notre confiance relationnelle.

La mauvaise estime de soi dépend également des mauvaises influences de la société sur nous en particulier la pression qu’elle induit sur notre image et sur nos performances, ce qui peut générer angoisse, stress et perte d’énergie.

Enfin, le manque de confiance en soi peut également dépendre de la façon dont nous allons réagir à tous ces manques et ces pressions. Une des solutions serait d’arrêter la compétition et la surenchère pour s’engager sur un chemin d’humilité qui nous remettrait au centre de notre vie. S’estimer commence par engager un bon rapport avec soi-même, s’accepter avec nos forces et nos failles et bien se traiter, se respecter, ce qui revient au plus important : s’aimer !

Il n’est jamais trop tard pour cultiver et restaurer une mauvaise estime de soi. Je peux vous accompagner sur ce chemin de croissance et de réparation, n’hésitez pas à venir me rencontrer et lire les autres articles que j’ai rédigés pour vous sur cette question vitale de l’estime de soi :

  • « L’estime de soi, pourquoi est-ce si important ? »
  • « Ma déclaration d’estime de soi »
  • « Manque d’estime de soi, d’où cela provient-il ? »
  • « 20 bonnes raisons de cultiver une bonne estime de soi »

Si vous souhaitez discuter de votre manque de confiance en vous ou si vous avez simplement des questions auxquelles je n’ai pas su répondre n’hésitez pas à me contacter.

confiance en soi

L’article Les 3 raisons qui expliquent : pourquoi vous n’avez pas confiance en vous! est apparu en premier sur Instant pour elles.

Les 3 raisons qui expliquent : pourquoi vous n’avez pas confiance en vous! syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Comprendre la jalousie dans le couple

La jalousie dans le couple

La jalousie fait partie de la vie relationnelle, émotionnelle et affective. Il est normal de la ressentir de temps de temps et chacun la vit différemment, avec plus ou moins d’intensité, ce qui engendrera plus ou moins de conséquences également sur soi-même, l’autre et sur le couple.

Pourquoi ces différences ? D’où viennent-elles ? Y-a-t-il plusieurs formes de jalousie ? Commençons d’abord par nous poser la question de sa définition, comment la définir exactement ?

Qu’est-ce que la jalousie ?

Alors que la relation de couple est habituellement basée sur une confiance réciproque ; la jalousie, elle, est basée sur la peur, la crainte, justifiée ou non, de perdre l’être aimé, au bénéfice d’un autre partenaire (ou d’une autre occupation). Le « jaloux » ne se sent plus « le prioritaire », « le préféré », « l’exclusif » et c’est insupportable pour lui.

« La jalousie, dans le couple, est une émotion « parasite » qui vient se greffer au sentiment amoureux. »

Voici la définition que propose le dictionnaire (Petit Robert) :

« La jalousie est un sentiment douloureux que font naître, chez celui qui l’éprouve, les exigences d’un amour inquiet, le désir de possession exclusive de la personne aimée, la crainte, le soupçon ou la certitude de son infidélité. »

La jalousie a une dimension imaginaire.

La jalousie est souvent provoquée par différentes raisons :

  • La crainte de ne plus satisfaire le partenaire, notamment sexuellement
  • La crainte que le vieillissement physique n’éloigne le partenaire de soi
  • La crainte de voir l’autre séduit par un « rival » forcément mieux que soi

La jalousie provoque toujours de la souffrance et de nombreux effets qui dépendent de l’intensité de ce sentiment chez celui qui l’éprouve et de sa fréquence. Il existe, en effet, plusieurs types de jalousie. Et il est important de les différencier en faisant la part de choses.

jalousie

Quels sont les 5 types de jalousie ?

Sans rentrer dans des explications trop psychanalytiques, voici les différents types de jalousie que l’on rencontre le plus fréquemment : la jalousie dite « normale », la jalousie dite « tendancielle » et la jalousie excessive dite « pathologique ». on parle aussi d’une jalousie « rétrospective » ou « projective »;

La jalousie « normale »

  • Il peut s’agir d’une jalousie « normale » car réactionnelle. C’est la jalousie émotionnelle que chacun peut ressentir, ponctuellement, suite à un évènement particulier.

C’est le cas ,par exemple, lorsque votre partenaire regarde avec insistance un autre homme ou une autre femme que vous, ou s’il fait des éloges ou des compliments sur ou à quelqu’un d’autre que vous. Cette forme de jalousie est tout à fait naturelle et légitime bien que non systématique. Elle est spontanée et ne dure pas.

Ce type de jalousie, dite « normale » suppose une part de deuil, d’acceptation d’une certaine douleur causée par l’autre. Elle comporte des sentiments hostiles contre le « rival » et une part d’auto critique envers soi-même.

La jalousie « tendancielle »

  • Il peut s’agir aussi d’une jalousie « tendancielle» comme un « penchant naturel », un trait de caractère, une tendance de notre tempérament .

C’est le cas des personnes qui sont inquiètes, méfiantes, très souvent sur le « qui vive », qui posent des tas de questions pour se rassurer. Cela peut devenir très pesant pour celui qui la vit comme pour celui qui la subit et donc pour la relation.

La jalousie » pathologique »

  • Il peut s’agir, d’une jalousie excessive et pathologique.

C’est le cas des personnes qui se sentent menacées en permanence dans leur exclusivité, qui sont persuadées que leur partenaire les trompent ou va les tromper et qui, du coup, vivent dans la suspicion, le soupçon, au point de chercher des preuves partout et tout le temps qui leur prouveraient qu’ils avaient raison. Ces personnes fouillent, vérifient, contrôlent, questionnent, harcèlent, surveillent, enquêtent… Leurs craintes prennent toute la place, et chaque détail peut être interprété pour confirmer leurs soupçons.

La psychanalyse parle alors de « délire passionnel » caractérisé par : «  une idée fixe : celle que l’autre nous trompe. Cette idée fixe nait d’un doute souvent futile qui se poursuit par la recherche obsessionnelle d’une confirmation à ce doute par une preuve patente. »

Cette forme de jalousie, ce besoin de possession exclusive, de preuves, de justifications, fait vivre un enfer et engendre souvent une rupture si elle n’est pas soignée car elle prend toute la place dans le couple et devient insupportable.

La jalousie « rétrospective »

  • Il peut s’agir, encore d’une « jalousie rétrospective »

C’est une forme de jalousie particulière, caractérisée par le fait qu’un des partenaires se torture littéralement sur le passé de l’autre : ses ex, ce qu’ils ont vécu, partagé ensemble, comment ils se sont séparés etc…comme s’il lui reprochait d’avoir existé avant lui et sans lui. Du coup, il torture l’autre à son tour, en le harcelant de questions, avec la hantise d’être comparé et quitté.

La jalousie « projective »

  • Il peut s’agir enfin d’une « jalousie projective »

La jalousie projetée ou projective prend sa source dans la propre infidélité de la personne ou dans ses impulsions refoulées à l’infidélité. Ainsi parfois, la jalousie est une projection inconsciente : auriez-vous envie de la (le) tromper ?

D’où vient-elle cette jalousie ?

La jalousie traduit toujours un manque de confiance en soi. Le jaloux manque, en effet, profondément, d’estime de lui-même et c’est ce qui le fait douter en permanence. Il a peur d’être supplanté ou abandonné .

La jalousie provient toujours de blessures dans l’enfance qui n’ont pas été identifiées ni soignées, par exemple une rivalité fraternelle, une préférence des parents pour un frère ou une sœur, des injustices de leur part qui nous font ressentir le manque d’amour, la frustration, l’injustice, et nous relèguent en seconde position….La personne jalouse est désespérément en quête de reconnaissance et d ‘amour.

Souvent, en plus de faire souffrir l’être aimé qui passe par des réactions émotionnelles permanentes (colère, mépris, repli sur lui-même, peurs, dissimulation de peur d’attirer le courroux du jaloux..), la jalousie fait également beaucoup souffrir le jaloux qui ressent de la culpabilité, de l’agressivité, et qui est victime de ses fantasmes imaginaires et de ses pensées obsessionnelles. Quand la jalousie atteint ce stade, on parle de maladie car cette manifestation est devenue non pas ponctuelle et relative à un événement, donc normale, mais au contraire permanente et donc pathologique.

Quand la jalousie n’est plus légitime mais obsessionnelle, il est vital pour réduire la souffrance, de consulter un thérapeute pour en comprendre l’origine et s’interroger sur les raisons profondes de ce sentiment qui est devenu permanent : Comprendre pour soigner les blessures anciennes et se donner une chance de guérir :

  • Pourquoi ce manque cruel de confiance en soi ?
  • De quoi a-t-on peur en réalité ?
  • Quels sont les évènements qui ont pu générer cette immense crainte d’abandon ?
  • Quels sont les éléments déclencheurs ou les évènements qui l’ont réveillée ?Comme nous venons de le voir, la jalousie peut prendre différentes formes. Elle constitue une réaction normale à la peur de perdre l’être aimé mais lorsqu’elle devient obsessionnelle, il est bon de consulter un thérapeute pour comprendre les raisons profondes de ce sentiment « parasite » avant qu’il ne devienne « destructeur ».

Comme nous venons de le voir, la jalousie peut prendre différentes formes. Elle constitue une réaction normale à la peur de perdre l’être aimé mais lorsqu’elle devient obsessionnelle, il est bon de consulter un thérapeute pour comprendre les raisons profondes de ce sentiment « parasite » avant qu’il ne devienne « destructeur ».

L’article Comprendre la jalousie dans le couple est apparu en premier sur Instant pour elles.

Comprendre la jalousie dans le couple syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Les raisons de l’infidélité : pourquoi m’as-tu-trompé(e) ?

Quelles sont les raisons de l’infidélité ?

Lorsqu’on apprend que notre conjoint nous a trompé, on est toujours dévasté, et souvent une seule question nous trotte en tête… pourquoi ?! Les choses ne semblaient peut-être pas aller si mal, et pourtant… en réfléchissant, on se rend vite compte que les potentielles raisons de l’infidélité étaient bien là, enfouies… Pour y voir plus clair, je vous propose de découvrir les différentes raisons de l’infidélité !

Comprendre les raisons de l’infidélité pour en faire un tremplin

 

Et si la relation extra conjugale venait exprimer un problème ? Et si la relation extra conjugale était de ce fait, une clé de compréhension ?

« Si on oublie le passé, on se condamne à le revivre » Winston CHURCHILL

Se donner à chacun, dans le couple, les moyens de comprendre les fondements de l’infidélité est indispensable pour reconstruire, comme pour se séparer. Cela permet, en effet, dans le respect de chacun de comprendre le sens de la relation extra conjugale, ses tenants et aboutissants, sans lesquels on risque fort de rester avec les mêmes fragilités personnelles et/ou conjugales qui y ont mené et de prendre le risque d’une nouvelle crise conjugale ou d’un nouvel échec de couple.

Il existe des infidélités de « circonstances », qui n’étaient pas du tout anticipées, juste des « faux pas » accidentels liés à des contextes propices, des opportunités, et il existe des infidélités «  prétextes », qui ont un objectif spécifique , celui de résoudre un problème.

Découvrons ensemble les potentielles raisons de l’infidélité.

L’infidélité : une réponse à un problème

Les raisons de l’infidélité sont toujours en lien avec un problème. 

L’adultère peut être une façon d’apporter une solution à un problème relationnel et/ou personnel qu’on ne parvient pas à résoudre autrement. Cela ne justifie pas la relation adultère pour autant mais permet de la comprendre et de l’éclairer sous un jour plus constructif pour l’avenir. Cela signifie que l’infidélité a un objectif, une motivation, une raison, plus ou moins consciente. Par exemple:

  • Mettre fin à la relation de couple
  • Se venger
  • Connaître autre chose
  • Provoquer, stimuler son partenaire

«La relation extraconjugale a un objectif, une motivation, une raison secrète, même inconscients »  Docteur Christophe FAURE

L’infidélité : une réponse à un problème du couple

Les raisons de l’infidélité peuvent être liées à un problème du couple, commun au deux conjoints…

Il peut s’agir d’une impression de désamour vécu par l’un des deux partenaires. C’est le cas quand on se sent seul en couple, mal ou plus aimé par son conjoint, qu’on a l’impression de ne plus compter pour l’autre, de ne plus être important. Cela peut être dû à la routine, à l’ennui, au manque de communication, des sentiments qui s’émoussent, la perte de l’envie de partager avec l’autre. On se sent exclu ou mis de côté, on ne se sent plus aimé, On va alors rechercher ailleurs, dans d’autres bras, ce qui a besoin d’être apaisé, c’est-à-dire le besoin d’aimer et d’être aimé (écoute, tendresse, affection, intimité, complicité, sexualité..)

Il peut s’agir aussi d’un besoin de compenser quelque chose qui manque sans pour autant vouloir se séparer, appréciant le confort conjugal ou la vie de famille. On apprécie toujours l’autre et on est bien ensemble, mais trop de besoins sont insatisfaits ou pris en compte. Ces insatisfactions ou frustrations peuvent être multiples : sexuelles, affectives, intimes, manque de communication, de reconnaissance, d’autonomie, d’équilibre. L’un a une vie plus riche que l’autre, plus de relations sociales, de gratifications, s’accorde plus de liberté, plus de pouvoir…

infidélité couple souffrance

Mais les raisons de l’infidélité peuvent aussi être personnelles au conjoint trompeur. 

L’infidélité : une réponse à un problème personnel

Et si l’infidélité venait répondre à un problème personnel ?

L’infidélité vient parfois et même souvent révéler un problème non pas du couple, mais de soi et en soi.

l’infidélité parle alors de la personne infidèle, de son intériorité, de sa trajectoire de vie, de son histoire ou de sa personnalité et répond, dans ce cas, à un besoin purement personnel.

Besoin de réparer des blessures du passé, souvent inconscientes, ou combler des carences du passé : insécurité, abandon, manque d’amour, de tendresse, peur du rejet, peur de se perdre soi-même, de voir ses désirs ignorés, fuir une menace d’étouffement, un besoin d’indépendance, peur de se trouver limité. La personne cherche à être apaisée.

Besoin de se retrouver soi-même. Se reconnecter avec soi-même. Répondre à un mal être intérieur, personnel plus profond, combler un vide, se rassurer sur son pouvoir de séduction comme c’est le cas dans la crise du milieu de vie, désir de nouveauté, se rassurer face à la jeunesse qui s’en va dans le regard d’un autre, assouvir rêves ou aspirations avec quelqu’un d’autre avant qu’il ne soit trop tard. Consulter est alors une solution beaucoup plus appropriée par rapport à l’infidélité

Besoin de rattraper quelque chose qui n’a pas été vécu

Parfois, la vie va très vite mais nous rattrape aussi. On se rend compte au fil du temps et du couple qu’il y a des choses qu’on n’a pas eu le temps, de faire, de vivre ou d’expérimenter et que c’est un regret, voire un manque très fort. Pour apaiser sa frustration et rattraper le temps perdu, on va alors se donner l’occasion ou l’autorisation de les vivre et l’on va voir ailleurs, malgré le risque encouru. Dans ce cas, on privilégie davantage la fidélité à soi-même que la fidélité conjugale.

Besoin de faire face à des évènements difficiles

Nous ne sommes pas à égalité pour faire face aux évènements douloureux et plus ou moins brutaux de la vie. Certaines situations sont trop difficiles à vivre et nécessitent pour les supporter un échappatoire, quelque chose qui nous reconnecte avec la vie. Parfois, se réfugier dans d’autres bras sera la seule solution possible face à la souffrance.

Cela arrive par exemple au moment du deuil d’un enfant ou d’une personne très proche, ou, à force d’épuisement lors de l’accompagnement en fin de vie du conjoint ou d’un parent, lors de la prise en charge du conjoint dans un cas de maladie, d’un handicap ou d’une dépendance… Toutes ces situations sont très éprouvantes sur le long terme.

Cela peut aussi concerner des situations ponctuelles mais brutales, la naissance d’un enfant qui déclenche de nouvelles responsabilités et qui réveille nos propres rapports et manques avec nos parents, un déménagement, une expatriation, une faillite, une mise au chômage, le départ des enfants, le départ en retraite. Tout ce qui déstabilise et vient ouvrir une blessure intérieure profonde peut entrainer une infidélité.

Difficultés psychologiques ou psychiatriques

Il existe aussi des infidélités liées à un problème psychologique plus spécifique, voire à une pathologie. C’est le cas pour les personnes à profil pervers (pervers narcissiques, psychopathes…) ayant peu de culpabilité, c’est le cas également des personnes qui sont dans l’addiction et notamment l’addiction au sexe. Il n’est pas rare que cette addiction soit alors chronique et pathologique. Ces addictions ont pour but d’anesthésier les émotions qui cachent un problème existentiel et une souffrance beaucoup plus profonde. Pour comprendre ce mal-être, le soulager, en sortir, il faut impérativement se faire aider psychologiquement.

Un mode d’être

Enfin, il existe une catégorie à part, où l’infidélité est considérée comme un mode de vie, une question de principe, une philosophie où l’on profite de la vie et de tous ses plaisirs sans se priver ni se cantonner à une seule personne. L’exclusivité sexuelle est inenvisageable, tout simplement. Le plus souvent, les relations sont plus sexuelles qu’affectives et sont donc passagères.

infidélité raisons pourquoi

Si vous avez la moindre question n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici, vous pouvez également vous abonner à ma chaîne Youtube.

Vous avez vous aussi subi une infidélité ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires pour aider ceux qui traversent cette passe difficile ! 

L’article Les raisons de l’infidélité : pourquoi m’as-tu-trompé(e) ? est apparu en premier sur Instant pour elles.

Les raisons de l’infidélité : pourquoi m’as-tu-trompé(e) ? syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Infidélité : une souffrance partagée

Infidélité : Souffrance partagée à 3

Etre infidèle, dans notre société, c’est transgresser un interdit. Un coup de canif a tranché le contrat initial que l’on avait choisi et exprimé plus ou moins clairement, de rester fidèle à l’autre. Il s’agissait donc d’un contrat conjugal entre deux personnes.

Dans l’infidélité, nous ne sommes plus deux, le couple d’origine, mais trois. Quelque chose a permis qu’une tierce personne s’infiltre dans la relation et cela va générer tôt ou tard de la souffrance partagée par ces trois personnes impliquées.

infidélité souffrance couple

Souffrance pour la personne victime d’infidélité

Pour celui ou celle qui a été trompé(e) bien sûr et avant tout. Quand il ou elle l’apprendra, la brutalité du choc émotionnel sera terrible et la souffrance très vive.  Ce choc, on le subit, il n’était pas prévu et cela fait vraiment très mal car d’un seul coup tout s’écroule. On est envahi par une multitude d’émotions : colère, jalousie dévorante, haine, peurs, incompréhension, chagrin, tristesse…

On a l’impression de perdre non seulement l’autre, mais aussi la confiance indispensable que l’on avait dans le couple. On perd l’autre mais aussi toute notre estime de nous-même, ce sont nos valeurs et notre valeur personnelle qui vacillent. En plus de douter désormais de l’autre, de l’avenir, de l’amour, on doute avant tout de soi et c’est extrêmement douloureux. Cela peut entrainer une faille narcissique très profonde qui peut aller jusqu’à la dépression et parfois même, dans le pire des cas, un passage à l’acte désespéré et totalement imprévisible

.

infidélité souffrance tromper

Souffrance pour la personne qui est infidèle

 

L’infidèle, une fois dépassées les phases d’excitation, de plaisir et d’euphorie, que procurent l’attraction mutuelle et la liaison dans ses débuts, sera rattrapé par la réalité et en particulier la culpabilité.

L’infidèle souffre moralement de trahir son conjoint, de se trahir parfois lui-même aussi. Il est habité par des émotions contraires qui lui compliquent la vie et le met dans un état de stress extrême, voire permanent. Il doit mener une double vie, prévoir en double, se cacher, mentir, être sur le qui-vive pour ne rien trahir. Il doit préserver les deux personnes qu’il aime et se préserver aussi et c’est épuisant.

Quand l’infidélité est déclarée, il souffre encore plus, de tous les côtés : Il souffre de voir son conjoint souffrir, il souffre de ce qu’il a déclenché, il souffre de voir son couple et tout ce qu’il a construit menacé, il souffre d’apparaitre comme le méchant et de descendre dans l’image que les autres ont de lui, il souffre aussi de faire souffrir ses enfants qui ne le verront plus jamais de la même façon et il a peur de les perdre eux aussi. Tout ce qui avait été construit risque d’être détruit et emporté avec le tsunami de l’infidélité.

infidèle tromper douleur

Souffrance pour la personne avec qui est commise l’infidélité

 

On pense beaucoup moins souvent à elle, mais la personne avec qui l’on trompe, est bien souvent aussi, tôt ou tard, confrontée à la souffrance. Elle souffre souvent d’être reléguée à la « troisième roue du carrosse », celle qui se contente des restes, des miettes, celle qui, de toutes façons, passe après. Elle doit se contenter de ce qui est possible et ne peut jamais avoir la jouissance totale de l’autre. Elle doit composer en permanence et accepter de n’avoir que des morceaux de la personne qu’elle aime, des morceaux de sa vie mais jamais l’autre en entier. Il y a toujours l’ombre du conjoint légitime qui lui ou elle passe avant, qui a toutes les nuits et les week-end de son partenaire . Bref, la personne légitime aura toujours la préférence et la première place, alors que la personne trompée aura toujours le second rôle.

La personne trompée souffre aussi dans son amour propre de ne pas être l’élue et de devoir attendre de l’être. Souvent, elle rêve que son amant fera le pas et qu’il laissera tomber sa femme pour elle et elle attend parfois très longtemps en espérant que ce rêve se réalise, jusqu’au jour où elle comprend que cela n’arrivera jamais, ce qui est très douloureux.

Souvent, quand l’infidélité éclate au grand jour, il est fréquent que son partenaire la quitte pour revenir vers sa femme et elle se sentira brisée, pas suffisamment importante, n’ayant pas assez de valeur pour être choisie et son sentiment d’avoir été « utilisée » n’est pas rare ce qui provoque aussi une vraie blessure dans sa confiance en elle.

Alors, sans faire aucun jugement, il serait bon avant de basculer dans l’aventure extra conjugale, de prendre connaissance des souffrances que cela pourra entraîner et d’y réfléchir en toute conscience.

Si vous avez la moindre question n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici, vous pouvez également vous abonner à ma chaîne Youtube.

Vous avez vous aussi subi une infidélité ? N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires pour aider ceux qui traversent cette passe difficile!

infidélité souffrance couple

L’article Infidélité : une souffrance partagée est apparu en premier sur Instant pour elles.

Infidélité : une souffrance partagée syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

10 conseils pour rebondir après l’infidélité

La révélation de l’infidélité représente une véritable bombe dans la relation, c’est un choc. Rien ne sera plus jamais comme avant. Les fondements du couple sont attaqués, voire détruits, ce qui génère une énorme perte de repères, un débordement intense d’émotions et une immense souffrance. Pour faire face à ce véritable séisme affectif, voici les 10 conseils à suivre :

#1 – Ne prenez pas de décisions « à chaud »

N’agissez pas dans l’urgence. N’adoptez pas une attitude radicale. Ne prenez pas de décisions hâtives.

En découvrant ou en apprenant la révélation de l’infidélité, vous venez de subir un traumatisme. Tous vos régulateurs internes habituels sont au rouge et vous risquez de réagir de façon totalement irrationnelle et impulsive, ce qui est naturel et légitime mais malheureusement aussi très dangereux pour la suite et l’avenir de la relation.

Pour éviter de regretter par la suite, même si la colère est incontournable et saine, ne prenez aucune décision majeure tant que votre état ne s’est pas apaisé. ( ne décidez pas de rompre, ne le (la) mettez pas dehors, ne faites pas vos bagages sur le champ ….)

Sous l’effet de la colère, de votre égo piqué à vif, et surtout de la douleur, vous risquez de basculer dans l’impulsivité. Tous vos gestes ou vos paroles pourraient s’avérer inappropriés, disproportionnés et aller bien au-delà de ce que vous souhaitez vraiment. Ce serait vraiment dommage d’aller trop loin, de regretter et de ne plus pouvoir revenir en arrière.

Bien sûr, c’est difficile de se contrôler quand on est sous l’effet de la surprise ou de la colère et il est tentant de réagir par la violence quand nous même venons d’en être victime, par cette révélation qui vient tout faire basculer ; mais autant que faire se peut, pour éviter d’en arriver là, il est indispensable de prendre du recul, partez prendre l’air, faites une pause.

Il faudra beaucoup de temps pour digérer, donnez-vous en à tous les deux, donnez-vous de l’espace aussi pour penser, cela vient juste de commencer…

infidélité rebondir colère

#2 – Calmez le jeu. Évitez les remarques destructrices

Vous êtes dans un état de confusion émotionnelle intense, vous souffrez et en voulez « à mort » à votre conjoint de vous infliger une telle épreuve, surtout si vous n’avez rien vu venir.

Vous rêvez de le faire souffrir à son tour, de lui faire du mal, de le faire payer pour ce qu’il vous fait subir. Il n’est pas rare de ressentir des envies de violence et de vengeance. Si la tristesse a laissé la place à l’égo, vous allez vouloir reprendre un peu de contrôle et lui rendre la vie impossible, en le méprisant, le jugeant, le rabaissant, voire en l’humiliant de vos remarques négatives.

Entendre des reproches et des accusations est normal au début mais cela ne doit pas s’installer dans la durée.

Tout cela est « poison » pour la suite. Ce n’est pas une bonne solution, même si cela soulage au début. Car en faisant cela vous augmentez la culpabilité de votre partenaire et son ressentiment à votre égard et surtout vous renforcez la distance entre vous.

Vous risquez ainsi de lui fournir de bonnes raisons de ne rien regretter et d’envisager la séparation.

Mais est-ce bien ce que vous souhaitez ? Ce sont souvent la fierté et la jalousie qui nous poussent ainsi vers l’irréparable et nous risquons d’obtenir exactement l’inverse de ce que nous souhaitons, car bien souvent, nous l’aimons encore et malgré tout.

Il vaut mieux œuvrer pour le couple que contre lui, arrêtez les remarques

#3 – Renoncez à tout savoir

Beaucoup de personnes trompées éprouvent le besoin de connaitre des détails sur la relation extra conjugale et passent leur temps à harceler leur partenaire. Cela peut être rassurant dans un premier temps mais si cela devient insistant, et permanent, ce n’est pas une bonne idée.

En procédant de la sorte, vous cultivez la souffrance et la jalousie car vous empêchez le temps de faire son œuvre, vous réactivez ce qui vous fait du mal et vous fragilisez votre estime de vous-même. En effet, vous projetez et imaginez tout un monde fait de suppositions, d’interprétations qui vous mettent en position d’infériorité, tendant à prouver, que cet autre était sans doute mieux que vous ne l’êtes dans tel ou tel domaine. C’est enfermant et « mortifère ». Cela parle d’une vraie blessure ancienne qui s’est réveillée et qui est à soigner. Vouloir des détails est, au final, destructeur pour le couple qui essaie de cicatriser la plaie et qui, du coup, ne peut refermer la page.

De la même façon, si la jalousie et la souffrance vous transforment en détective, faites-vous aider, sinon vous vous rendrez malade et rajouterez une nouvelle problématique au couple. Cela renforcera la méfiance en faisant régner un climat de suspicion très lourd.

La distance risque de se creuser par ailleurs de plus en plus entre vous deux et amenuise les possibilités d’une reconstruction. Pour avoir une chance d’être de nouveau heureux, il est important que chacun conserve un minimum de liberté, de mystère et retrouve un jardin secret privé à respecter.

#4 – Confiez-vous aux bonnes personnes

 

Que ce soit la personne trompée ou la personne qui a été infidèle, le besoin de parler et de se confier se fera automatiquement sentir. C’est une bonne chose car nous sommes des êtres de parole et nous avons besoin pour clarifier une situation, prendre des décisions, se désencombrer, de mettre des mots sur ce qui nous bouleverse

Parler oui, Mais à qui ?

Si vous parlez « à n’importe qui », vous risquez d’être dans la confusion, ne sachant plus qui écouter de ces personnes autour de vous qui vous veulent du bien et vous conseillent de tout et son contraire.

  • Quitte-le
  • Mets le dehors
  • Pardonne-lui
  • C’est irréparable
  • Ce n’est pas si grave
  • Oublie ça
  • Ça arrive à tout le monde
  • N’en fais pas un drame
  • C’est l’occasion d’un nouveau départ
  • Tout peut s’arranger
  • C’est sans doute de ta faute
  • ….

Ces personnes risquent aussi de répandre des rumeurs ou de faire des remarques qui pourraient être pénalisantes pour chacune des deux personnes du couple déjà particulièrement meurtries

Parler à vos parents ou à vos proches, n’est pas non plus toujours une bonne idée. Vous pourrez le regretter car ils prendront sans doute position pour vous et contre l’autre, et si le couple se donne une nouvelle chance , son image sera ternie et déformée, rendant les choses encore plus difficiles. Leur réaction n’est pas neutre et cela peut être parasitant à l’avenir.

Pour les amis du couple, c’est la même chose. Ils peuvent être soutenants mais les confidences intimes risquent de les mettre dans l’embarras de prendre parti contre quelqu’un qu’ils appréciaient aussi jusque-là , les entrainant dans un véritable conflit de loyauté. Certains sont gênés au point que parfois, ils préféreront s’éloigner du couple en crise.

Faire de son conjoint un confesseur n’est pas non plus juste car les deux membres du couple sont trop liés affectivement.

Les choses doivent pourtant impérativement être dites et clarifiées pour avoir une chance de rebondir et de passer à autre chose. La meilleure solution est donc de faire appel à un tiers, un professionnel. C’est le cas de la Conseillère Conjugale qui saura , de façon neutre, vous aider à faire le bilan du couple, à veiller à ce que chacun puisse exprimer sa souffrance afin qu’elle soit reconnue par l’autre, à donner du sens à l’épisode douloureux de l’infidélité et à trouver les bonnes pistes avec vous pour reconstruire ou vous séparer.

Le conseiller conjugal veillera aussi à faire circuler la parole de façon non violente et constructive, ce qui est parfois impossible à deux quand la tension et la souffrance sont aussi fortes.

#5 – Prenez soin de vous

 

La révélation de la relation extra conjugale vous plonge dans un état émotionnel intense, les émotions débordent dans tous les sens, accueillez-les, exprimez les, car même si cela provoque un état de fatigue très important, c’est nécessaire. Vous êtes épuisé à la fois physiquement, affectivement et mentalement. Vous êtes perdu et fragilisé.

Dans cette tourmente évidente, il est très important de prendre soin de vous. Donnez-vous du temps pour accueillir ces émotions qui vous dévastent : colère, peurs, honte, chagrin, larmes, doute, incertitude, parlez avec les bonnes personnes, épurez votre agenda, reposez-vous, essayez de dormir, faites du vide et prenez en compte vos besoins.

De quoi auriez-vous besoin ? Faites le point. Veillez à vous alimenter, à vous détendre, faites du sport, allez voir le médecin et n’hésitez pas à lui demander un arrêt de travail. Ce que vous avez subi est un traumatisme, accordez-vous du temps de « récupération » pour que petit à petit , vos idées soient plus claires et que les émotions s’apaisent. Vous pourrez alors faire les choix qui vous correspondent et vous respectent.

infidélité comment rebondir

#6 – Prenez votre décision : stop ou encore ?

 

Voici la question la plus importante de toutes. Allez-vous dire : « Stop » ou « Encore » à la relation et à cette personne qui vous a trahie et fait tant de mal ?

Cette question est fondamentale à se poser en conscience et en toute honnêteté de soi à soi. Faites votre bilan et soyez clair dans vos intentions.

Aimez-vous encore votre partenaire ? Oui ou non ? Etes-vous prêt à faire des efforts, à mettre les choses à plat pour lui donner une seconde chance ?Ce coup de scalpel signe-t-il au contraire la mort du couple ? Allez-vous privilégier la relation pour ne rien regretter ? ou cette crise prendra la forme d’un non-retour définitif ?

Ensuite, si vous êtes prêt à reconstruire et à vous en donner les moyens, il va falloir vous la poser à deux. Qu’en dit votre partenaire ? Est-il d’accord pour arrêter sa liaison ? Il faut être deux pour reconstruire, avec le même espoir et la même volonté, en conscience des efforts à fournir, sans garantie de réussite mais avec la conviction qu’il serait dommage de détruire ce que vous aviez construit et qui était unique ; qui n’appartenait qu’à vous.

La décision de l’autre ne nous appartient pas et votre réaction face à l’annonce de l’infidélité pèsera aussi son poids. Si vous souhaitez rebondir, faites-le savoir, mettez-y du vôtre aussi, que vous ayez la place de la victime ou celle du « coupable ».

Ne dramatisez-pas, laissez-vous du temps pour prendre une telle décision qui aura tant de conséquences pour vous, votre couple, vos enfants si vous en avez mais aussi votre famille, vos amis, votre vie. Quel que soit votre choix, une nouvelle vie démarre. Il y a toujours un avant et un après.

#7 – Partez du principe qu’il y a eu faute pour réparer

 

Pour qu’une reconstruction puisse être envisagée, il est beaucoup plus simple de considérer de la part des deux partenaires, qu’il y a eu faute et que l’infidélité n’aurait pas dû avoir lieu. C’est une infraction au contrat fondateur du couple.

Partez en effet du principe, que l’auteur de l’infidélité est le seul objectivement coupable (même si la victime porte une responsabilité en ce qui concerne la détérioration de la relation ou d’autres faits que la personne infidèle aurait du mal à digérer). Acceptez cette inculpation.

L’infidélité suppose en effet au minimum un mensonge et même si la victime ressent la responsabilité d’avoir offert à son conjoint des raisons de partir, cela n’incluait pas au programme le droit de vous tromper. Partir oui si l’insatisfaction était trop forte mais vous tromper non !

Acceptez cette inculpation de principe permet de soulager la victime qui se sent moins coupable de ce qui est arrivé et permettra aussi de soulager l’auteur qui, du coup, acquiert la possibilité de réparer sa faute. Cela donne plus de légèreté et va permettre de mieux panser la plaie, en s’engageant de façon plus saine vers une réparation .et non une expiation (tentation de faire payer l’autre, de se plaindre en permanence) qui serait anti productive pour le couple et son avenir.

Des actes réparateurs de la part du coupable vont donc être possibles et apporter des bénéfices partagés pour les deux partenaires, rendant ainsi possible la construction de nouveaux fondements à la relation.

Ces actes réparateurs porteront sur le couple, sur ce qui n’allait pas et sur ce que la personne aurait dû mettre au travail au lieu de choisir la fuite dans l’infidélité qui n’était pas la bonne réponse au problème du couple

#8 – Excusez-vous

 

Cela parait simple en soi, pas si simple à faire cependant mais en tous cas fondamental et indispensable pour envisager la suite, quelle qu’en soit l’issue.

Quand on a commis une erreur, une faute, on s’excuse. La personne qui a subi le préjudice peut alors se sentir respectée et validée dans le traumatisme qu’on lui a infligé.

Trouvez le courage et l’humilité de dire : «  Excuse-moi car je suis seul coupable de ce qui s’est passé » car ce qu’on reproche à son conjoint peut expliquer l’infidélité mais ne l’excuse pas .

Faites preuve d’empathie, réalisez l’ampleur de sa souffrance, reconnaissez le choc qu’elle a subi, son chagrin, son sentiment de trahison, sa déception profonde, sa souffrance. C’est à ce prix qu’elle pourra pardonner.

Elle pourra pardonner un jour peut être cette infidélité mais pardonnera beaucoup plus difficilement le fait que ses émotions, notamment durant la période de reconstruction, n’aient pas été reconnues. Les reconnaître c’est ouvrir le champ de l’apaisement et de la confiance au lieu d’ouvrir celui de l’amertume ou de la rancœur ou tout autre sentiment négatif improductif.

#9 – Communiquez

 

Attendez que l’orage soit passé. Au moins quelques heures ou jours pour éviter d’être dans la réactivité due aux débordements des émotions. Puis renouez le dialogue, communiquez. Evoquez ce qui s’est passé, parlez le plus possible car sombrer dans le silence est la plus mauvaise solution qui soit. C’est une impasse.

Exprimez chacun vos émotions, votre ressenti. Si la relation extra conjugale a eu lieu c’est qu’il y avait des insatisfactions. Les exprimer auraient sans doute permis de l’éviter. Aujourd’hui, une nouvelle chance s’offre à vous de les traiter, saisissez-la. Exprimez les problèmes chacun votre tour, crevez les abcès. Vos points de vue respectifs doivent être pleinement entendus et respectés au risque de la rupture.

Apprenez surtout à écouter l’autre, c’est-à-dire à vous taire lorsqu’il parle, à ne pas l’interrompre, à le laisser au contraire parler jusqu’au bout, sans réagir, sans jugements. Ne « braquez pas l’autre », essayez de calmer le jeu. Ne donnez pas de leçons. Parlez de vous, non de l’autre, dites « Je ». C’est difficile mais cela se prépare, se décide, s’apprend. Posez les questions importantes pour vous.

Communiquez sur ce qui s’est passé, le pourquoi, le pour quoi ?, C’est la seule façon possible de ne pas reproduire ce qui a manqué et de retomber dans une impasse. Si c’est trop douloureux, si vous êtes encore trop en colère et que vos propos ou vos échanges dégénèrent au risque de basculer dans la violence, faites-vous aider. Les Conseillers conjugaux sont là pour cela et vous le « valez bien ». Ils peuvent vous accompagner sur ces chemins douloureux et parfois chaotiques de la confiance et du pardon.

infidélité rebondir conseils

#10 – Armez-vous de patience

 

N’allez pas trop vite. Vous avez vécu chacun un vrai traumatisme, votre sécurité, votre intimité, votre confiance ont explosé en vol et les piliers du couple sont détruits. Il va falloir du temps et de la patience pour reconstruire tout cela.

Cela peut prendre un ou deux ans avec des moments de doute, d’ambivalence, de découragement et de retour en arrière mais aussi de vrais moments de profondeurs et de complicité porteurs d’espoir.

Il s’agit de prendre ce temps, d’avoir conscience que c’est un vrai travail et de trouver la motivation suffisante de s’engager dans la dynamique de reconstruction pour supporter et traverser.

Il va falloir y mettre du sien et envisager de faire un nouveau contrat, d’incorporer du neuf pour construire un nouveau couple, plus fort encore. Il va falloir travailler en profondeur et atteindre un autre niveau relationnel où vous pourrez décider de la façon de réinvestir le quotidien, de restaurer la confiance, la compréhension mutuelle, la sexualité aussi.

Prenez le temps aussi de penser à vous. Ce que vous traversez est certes douloureux mais il peut être précieux pour mieux vous connaître, vous comprendre, et grandir.

infidélité conseils rebondir

Si vous avez la moindre question n’hésitez pas à me contacter en cliquant ici, vous pouvez également vous abonner à ma chaîne Youtube. Vous pouvez partagez votre vécu pour aider ceux qui traversent cette passe difficile.

L’article 10 conseils pour rebondir après l’infidélité est apparu en premier sur Instant pour elles.

10 conseils pour rebondir après l’infidélité syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com

Se protéger de la jalousie après une infidélité

L’infidélité est un drame amoureux et une blessure de l’âme. Elle peut provoquer un tsunami, une bombe, dans la relation conjugale, et notamment une jalousie explosive et inattendue.

Nous allons essayer de comprendre comment se protéger de la jalousie post infidélité. Mais pour cela il faut déjà comprendre

Pourquoi sommes nous jaloux après une tromperie? Pourquoi cette jalousie peut être dévastatrice? Et enfin comment s’en protéger?

 

Comment la jalousie se déclenche-t-elle ?

 

La personne qui pressent ou découvre une infidélité a, le plus souvent, un énorme choc émotionnel de l’ordre du traumatisme. Elle peut réagir à cette souffrance de bien des façons, parfois totalement imprévisibles au point de ne plus se reconnaître elle-même. La jalousie en est une des formes. La jalousie peut s’immiscer dans la personne, jusqu’à l’envahir totalement, quand, autrefois, tout était simple, naturel et ne prêtait à aucune suspicion.

D’un seul coup, le mental de la personne jalouse est complètement envahi par son imagination. Le coup de canif dans la relation a provoqué une blessure profonde et narcissique qui la déstabilise et la confronte au doute d’elle-même, à son impression de ne pas être digne de l’autre et à son complexe d’infériorité, qui jusque-là était en veille, abrité par la sécurité du couple ou son équilibre.

Tout s’écroule. Ce qui était auparavant gérable et acceptable ne l’est plus, laissant la place à l’irrationnel et l’amour propre va se défendre vigoureusement devant cette attaque non prévue. C’est là que la jalousie fait son entrée. La jalousie fait une entrée dangereuse car elle risque de provoquer exactement le contraire de ce qu’espère la personne trompée : récupérer l’être aimé et reformer un couple uni.

« Elle arrêta toute relation, mais il ne se calma pas. Le doute était en lui comme un poison violent. Autant il avait fermé les yeux, autant maintenant il traquait impitoyablement ses faits et gestes, ceux du passé comme du présent. Sa jalousie ne connaissait pas d’apaisement. C’était comme une folie qu’il ne pouvait contrôler. Il promettait un retour à la vie normale, il se montrait charmant, plein d’attentions, et, deux jours plus tard, il la réveillait en pleine nuit pour lui soutirer des aveux des détails sur sa liaison. Cette situation épuisante dura des mois. » Paule Salomon

Lorsque l’adultère surgit au grand jour, que l’infidélité est avérée, que le voile du secret a été levé, que la vérité éclate, la jalousie peut devenir dévastatrice. C’est également et malheureusement possible même en cas de suspicion seulement…

infidélité explique jalousie

 

Pourquoi la jalousie, provoquée par la relation extra-conjugale, ravage-t-elle le couple ?

Dans un couple, l’irruption de la jalousie peut faire plus de dégâts que l’infidélité réelle ou présumée.

La jalousie reste en sommeil quand nous basons notre couple sur la confiance réciproque et sur la fidélité. La jalousie est donc normale entre deux êtres qui s’aiment, s’il y a menace au niveau de cette confiance fondatrice. La plupart du temps, tant que cela ne concerne que des moments ponctuels et des faits épisodiques, nous savons gérer cette forme de jalousie. Mais, quand la liaison adultère survient, elle fait exploser littéralement toutes nos soupapes de sécurité et la jalousie déborde, ouvrant sur une nouvelle forme de jalousie qui parfois nous dépasse.

Au-delà du choc de l’annonce de l’infidélité, si vous aimez encore et vraiment votre partenaire, ne le harcelez pas, laissez-vous du temps à tous les deux pour accuser ce choc et vous remettre de ce cataclysme émotionnel.

Si, en dépit de vos efforts pour ne pas prendre le risque d’une séparation, votre conjoint vous annonce ou vous répond qu’il ne veut pas arrêter sa liaison, à vous de vous positionner. Vous avez le choix de rompre, de partir, ou, si vous tenez malgré tout très fort à lui ou à elle, de lui donner du temps pour qu’il ou elle se rende vraiment compte si ce qu’il vit dans l’adultère n’est qu’une passade ou une illusion ou si, au contraire, il s’agit d’une véritable histoire d’amour.

Vous pouvez choisir ainsi de « l’attendre » un peu, ce qui lui donnera la possibilité de revenir vers vous le cas échéant. Plus vous vous serez « effacé(e) » plus ce sera possible. A l’inverse, plus vous l’aurez harcelé(e) ou culpabilisé(e), plus au contraire, vous renforcerez son choix en lui donnant raison de vous quitter. Car souvenez-vous que ce qui n’est pas autorisé est toujours plus excitant que ce qui l’est…Bien sûr, ce sera douloureux et difficile, mais vous vous serez respecté(e) et c’est important. Et puis, qui sait, il se peut aussi que ce temps de « répit supplémentaire » vous fasse découvrir que c’est vous qui n’avez plus besoin de lui ou d’elle et que vous ne l’aimez plus ou que vous ne l’aimiez pas vraiment. Car souvent, c’est notre besoin de sécurité ou nos habitudes qui nous font croire que nous sommes amoureux…

Dans tous les cas, si la jalousie devient excessive, allumez votre signal d’alarme !

 

Vous risquez, en effet, de ne pas pouvoir la gérer et cela peut devenir dangereux. Cela peut aller jusqu’à la violence et même jusqu’au meurtre, comme en témoignent les crimes passionnels, qui font encore aujourd’hui la une des grands titres des journaux ou le thème de certains livres ou films. Car oui, poussée à l’extrême, la jalousie peut emporter une personne vers la tragédie et tout détruire sur son passage. Il ne faut donc jamais prendre ce problème à la légère car le « jaloux pathologique » préfèrera tuer son amour plutôt que de le voir partir avec un ou une autre.

La jalousie traduit toujours une estime de soi fragile ou très basse et une blessure très profonde qui vient d’être réactivée par le comportement de notre partenaire infidèle. Je vous invite d’ailleurs, pour cheminer dans votre réflexion, à vous référer également à l’article « La jalousie dans le couple » que j’ai écrit sur mon site en cliquant sur le lien ci-dessous :

Que faire si la jalousie devient excessive?

Prendre conscience du problème et essayer de comprendre.

Pour comprendre, Il faut donc bien garder présent à l’esprit que l’infidélité ravive alors une blessure d’amour initiale vécue avec l’un ou l’autre parent, parfois les deux. Mais, cet énorme cri, cette réponse qui se manifeste dans la jalousie excessive, n’est pas appropriée et risque donc de conduire à la séparation alors même qu’elle voulait l’éviter !

Pour éviter cela, refusez de vous transformer en détective, sinon, vous trouverez des indices (des soi-disant preuves…) pour la nourrir. Quand on veut trouver, on trouve toujours et cela nous fait rentrer dans un cercle vicieux destructeur. C’est plus fort que nous, comme une addiction. On n’est plus soi-même.

Cette attitude est intrusive et non respectueuse du « jardin secret » de notre partenaire, or, nous en avons tous besoin et cela risque donc de devenir très vite inacceptable, étouffant et insupportable, une énorme source de conflits et de souffrances.

Cela développe, par ailleurs, notre imaginaire qui se met à galoper dans tous les sens détruisant ainsi la confiance pour laisser la place au doute et à la haine.

« Philippe en devient fou. Il mène son enquête. Il appelle tous leurs amis communs. Que savent-ils ? Que pensent-ils ? Tout le monde prend de la distance avec cette histoire. Philippe ne dort plus, ne mange plus. A tort ou à raison, il est persuadé que sa femme lui ment. Il est obsédé par des scénarios, des images. De victime d’une infidélité présumée, il passe au rôle de bourreau. Evelyne, qui , quoiqu’il en soi aime son mari et n’a aucune intention de le quitter est effondrée. La jalousie galopante de Philippe lui fait peur, elle a l’impression d’avoir à faire à un malade mental. Elle se sent surveillée jour et nuit. Ou qu’elle se trouve, il l’appelle, il vérifie ses emplois du temps, son portable. Prise dans la tourmente de cette jalousie, Evelyne ne ressent plus rien pour Philippe et se demande comment tenir. Il le sent, il le sait et devient méchant. Il est pris dans un engrenage malsain, un cercle vicieux. » Paule SALOMON

 

Bien sûr cela fait beaucoup de mal de savoir que notre partenaire a pu éprouver une attirance, voire même des sentiments, pour quelqu’un d’autre, mais cela ne veut pas forcément dire pour autant qu’il ne nous aime plus.

Voici, pour compléter mes propos, les conseils de Brigitte LAHAIE en matière d’infidélité avérée :

  • Ne laissez pas la place au doute ou à la haine
  • Ne confondez pas insatisfaction et trahison
  • Souvenez-vous que les sentiments sont fluctuants
  • Souvenez-vous que vous seul avez le contrôle de vos pensées , vous seul pouvez choisir d’alimenter les bonnes et de vous libérer ou les mauvaises et de souffrir

 

Mais, si en dépit de ces quelques conseils, la jalousie vous dévore et envahit votre couple de façon obsédante et obsessionnelle, c’est qu’elle devient « pathologique » et sera donc à traiter comme une maladie.

« Derrière les grands jaloux, il y a souvent des peurs, dont la plus importante est celle d’être abandonné ou de perdre son amour. »

Je vous conseille alors, d’en prendre conscience, de l’accepter et de vous faire aider par un thérapeute pour comprendre d’où vous vient ce sentiment parasite et douloureux. Quelle blessure d’enfant en est à l’origine ? Quelle faille s’est-elle réouverte avec l’infidélité et a ainsi déclenché la jalousie ? C’est la seule façon de vous transformer, d’évoluer et de vous libérer .

Dans tous les cas il vous faudra vous armer de patience, faire confiance au temps, avant de pouvoir refaire confiance à votre compagnon ou compagne et surtout apprendre à vous faire confiance à vous-même avant tout.

 

Si c’et impossible, si vous souffrez trop, si l’autre vous rend trop jaloux et malheureux, reprenez le contrôle. Consultez ou trouvez éventuellement le courage de le ou la quitter.

De même, si la liaison extra conjugale est avérée, que votre partenaire ne veut pas rompre et que vous souffrez trop de cette situation, partez.

jalousie couple

 

En conclusion

Comme nous venons de le voir, la jalousie, dans le cas d’une infidélité soupçonnée ou avérée, n’est pas une preuve d’amour. C’est, au contraire, une réaction émotionnelle et irrationnelle subjective qui parle davantage de soi que de l’autre, car, bien souvent, elle réactive une blessure ancienne.

Le fait que notre conjoint ait désiré quelqu’un d’autre, affectivement ou sexuellement, bouleverse notre équilibre psychique au point de déstabiliser notre confiance en nous et parfois de façon disproportionnée .

Lorsque l’on aime quelqu’un de façon possessive et exclusive, découvrir qu’il nous trompe ouvre une brèche insupportable, ce qui peut nous faire basculer dans une forme de pathologie qui nécessite des soins thérapeutiques.

Cette énorme crise conjugale et personnelle peut donc devenir une occasion d’évolution pour un rendez-vous avec soi même, une occasion de restaurer cette estime de soi qui est défaillante. C’est alors la manière dont cette opportunité sera saisie qui déterminera par la suite la manière dont la personne continuera de pouvoir ou non s’ouvrir à l’amour véritable. Car aimer commence par soi…

Pour conclure, je dirais que si l’infidélité représente toujours un risque et menace le couple, la jalousie le condamne presque toujours.

Alors si vous voulez sauver votre couple, il est vital de consulter.

L’article Se protéger de la jalousie après une infidélité est apparu en premier sur Instant pour elles.

Se protéger de la jalousie après une infidélité syndicated from http://instantpourelles.tumblr.com